Infos Utilisateur


Mot de passe oublie ?Inscription
  • Notre site comporte 7066 membres
  • Bienvenue a notre dernier inscrit, nlebirneygran
Membres Connectes :

Il y a actuellement 0 membres connectes et 23 visiteurs.

Actualites

Discussions Recentes

Details de All hope is gone

Parution25/08/2008
ProducteurSlipKnoT / Dave Fortman
Duree58.58 m
Description

10/08/2008 : Pré-écoute d'ALL HOPE IS GONE par Slipknot-france.


C'est en ce mercredi 31/07 que j'ai l'honneur, accompagné de Seb, d'aller écouter le nouvel album de Slipknot directement dans les locaux de Roadrunner France.

Après avoir halluciné devant des énormes PLV (plan promo en carton) et récompenses diverses (vidéo d'or de Welcome to our Neighborhood entre autre), une version promo du nouvel album était entre mes mains. La même apréhension que pour Vol3: vais je aimer? J'espère que je ne vais pas être déçu de Slipknot. Quelle honte pour moi d'avoir pensé ceci, évidemment que non je ne peut pas être déçu par Slipknot.

Cette version de All hope is gone se compose de 11 titres. Execute et Gematria (The killing name) étant réunis sur un seul titre de 7minutes 55secondes. Mes impressions sur cet album sont strictement personelles, et tout a été rédigé à chaud pendant l'écoute et la découverte de l'album.


Execute/Gematria (The killing name).
Intro qui se rapporche plus de 742617000027 que des autres intro de Slipknot, ce sample est posé sur le discours d'un ancien premier ministre américain, dont Corey nous parlait dans une interview. Des guitares viennent se greffer à celà, de même que la batterie qui sonne comme les solos de Joey. Tout y est confu, prêt à exploser. Un riff tourne en boucle, s'accélère puis un pont entraine l'arrivée de la voix de Corey. Voix qui se pose directement sur le riff d'intro. Un passage Hardcore surprend puis enchaine sur plusieurs parties typiques "headbanging Slipknot". La batterie y est plutôt basique. Premier solo de l'album et là une guitare sludge/80's prend le relais. Le hardcore revient un bon moment et débouche cette fois-ci sur une musique plutôt speed métal sur laquelle la voix de Corey se greffe à merveille.
Slipknot ne nous avait pas habitué à un tel mélange des genres en un seul titre, d'autant plus d'entrée de jeu ici sur 7,55min. Comme le disait Corey, nous n'étions pas prêt à entendre ce coté là de Slipknot. Mais on en redemande avec plaisir.

Sulfur.
Craig pose l'ambiance avec ses claviers dans l'intro de ce titre. Ambiance qui revient plusieurs fois dans le titre. Le refrain mélodique sonne très Stone Sour, et la voix ne ressemble en rien au refrain d'un My plague ou Wait and Bleed, c'est vraiment différent. Les couplets sont rapides. Un refrain débouche sur un solo puis avant de reprendre. Des back vocals sont présents sur le dernier refrain, afin de faire ressortir une puissance que Corey amplifie par des cris pour finir ce titre.

Psychosocial.
Petite intro qui débouche sur LE riff du titre qui tourne en boucle en quasi permanence jusqu'à la fin. La voix de Corey y est magnifiquement posée sur ce riff. Les percussions sont biens présentes. Le refrain est court avec une voix totalement différente des couplets mais qui n'est pas pour autant en décalage. La voix clair y est ici différente de la voix claire de Stone Sour. Encore un solo après un des refrains, puis un final ou les drumkit de "Blister exist" peuvent ressortir des cartons.

Dead Memories.
Un sentiment d'une ambiance black, puis on pense au nouveaux Gently. Une nouvelle voix de Corey fait son apparition. Si ce titre avait été composé en tant que single MTV type afin de ralier de nouveaux fan par le coté soft du groupe, c'était réussi à 100%. Mais nous savons bien que ce n'est pas l'état d'esprit du groupe et que ce titre reflète donc une facette de Slipknot encore inconnue du public, ou du moins du public qui ne voit Slipknot que par Sic/People=shit et occulte tout les Iowa, Scissors et autres titres à ambiance ou plus calme.
Nous comprennons pourquoi Rock Hard parle dans sa chronique de ce titre comme d'un futur single de l'album. Il faut également voir ce titre comme un break dans l'album avant un Vendetta bien plus lourd. Ce titre risque par contre d'être une déception si le passage à la scène est envisagé, affaire à suivre.

Vendetta.
Grosse double sur un riff groovy (non ce n'est pas le dernier Mastodon), Corey débute avec à nouveaux une autre façon de chanter. Ce qui faisait office d'intro revient à plusieurs reprises dans le titre. Des "Hey Hey" qui vont faire des ravages en lives sont également repris plusieurs fois. Celà se termine sur un passage très Hardcore, et notamment la voix (influence du travail de Corey avec Walls of Jericho?), avant le retour de l'intro et des "Hey Hey" qui cloturent le titre.

Butcher's Hook.
Riffs à contre temps, grosse voix, cassures, passages a la "Don't get close" et des backs vocals de Corey en voix claire pour le refrain. Un solo comme sur presque chaque titres et Sid qui s'éclate sur la fin du morceaux. Un futur titre live dans toute sa splendeur.

Gehenna.
Le titre débute sur un son crade, qui sera attenué tout en restant présent. Changement radical avec le titre précédent. Corey à une voix plaintive, chuchottante (tel un Gently/iowa). Une guitare saturée se suplie aux plaintes de Corey avant d'enchainer sur un solo. Joey doit s'ennuyer derrières ses fûts pour coller au rythme de l'ambiance. Les claviers tout aussi glauques font leur apparition comme jamais dans Slipknot. On attend que tout celà explose comme les pré-cités Gently et Iowa mais celà n'arrive pas. Une voix plus classique de Corey reprend le dessus mais des claviers malsains achèvent le titre. 6minutes 50secondes du coté glauque et ambiant de Slipknot. Finalement on en redemanderait presque, mais morceaux imcompatible avec le live.

This cold back.
Intro qui ne peut qu'exploser. L'explosion arrive bien cette fois-ci. Un début de titre tel un Heretic Anthem avec une guitare puis la deuxième qui s'ajoute sur le même riff. Un back vocal archi saturé intervient. La double à fond cesse d'un coup, le solo de rigeur est présent. Ce titre va faire sensation dans les fosses du monde entier, surtout callé entre un Vermilion et un Left behind ou Spit it out dans la setlist.

Wherein lies continue.
Intro à la Slayer, chant rappé (différent du chant rappé de Spit it out ou Snap) mais un tout très mid-tempo. Des backs interviennent sur le refrain. Arrive ensuite une voix claire qui surprendra chaque premier auditeur de l'album. Le solo se fait sentir, il est attendu mais finalement il n'y en a pas sur ce titre.

Snuff.
Guitare sèche, voix Vermilion part 2 et aucunement voix Stone sour. C'est du vrai Slipknot acoustique/mélodique sans aucune allusion à du Stone Sour, la différence se fait vraiment sentir et je tient à le préciser. Tout pour faire un magnifique clip de ce titre. Des ambiances de Craig se greffent sur le refain. Le tout monte en puissance, avec du passage à l'électrique pour finir le titre.

All hope is gone.
Une grosse batterie complementaire d'un gros riff l'espace d'un instant pour débuter ce titre, puis guitares et batteries se font la course. La voix y est agressive, tout comme les instruments derrières. Morceaux taillé pour le live. Le groupe termine avec du gros contrairement à ses habitudes, en réaffirmant que NON, le monde n'est pas prêt pour cet album. Le solo est également présent sur le titre, avec à noter un refrain aux influences Hardcore.


Ce nouvel album fait partie des disques qui sont à assimiler en plusieurs écoutes pour ne pas louper les perles qu'il renferme. Perles qui peuvent passer à la trappe lors de l'excitation de la première écoute d'un nouvel album de Slipknot. Certains titres paraissant décalés pas rapport aux autres sont bel et biens des titres de Slipknot, il ne faut donc en occulter aucun et ne pas se faire de préjugés lors de la première écoute.

58,58 minutes et 11 titres pour la version que nous avons écouté, avec je vous le rappel les deux premiers titres en un seul. Le cru 2008 de Slipknot est une merveille et ce All hope is gone figurera en bonne place dans la discographie de Slipknot, comme chaque album du groupe d'ailleurs.

Un grand merci à Roadrunner-France pour leur soutien, à Sabrina pour son accueil et à Sylvain pour son aide.

Tracklist de All hope is gone

  1. Execute
  2. Gematria (The Killing Name)
  3. Sulfur
  4. Psychosocial
  5. Dead Memories
  6. Vendetta
  7. Butcher's Hook
  8. Gehenna
  9. This Cold Black
  10. Wherein Lies Continue
  11. Snuff
  12. All Hope Is Gone
  13. Child Of Burning Time
  14. 'Til We Die